Groupement De Recherche International ARSAIO

Atmospheric Research in Southern Africa and Indian Ocean


Equipes Sud-Africaines : North West Univrsity (Potchefstrom), South Africa Weather Service  (Irene et Cape Town), Univesrity of KwaZulu Natal (Durban), University of Pretoria (Pretoria)

Dans le domaine des sciences de l'atmosphère, la collaboration scientifique entre laboratoires français et sud-africains remonte au début des années 1990 dans le cadre de la campagne SAFARI-92 (Southern African Fire Atmospheric Research Initiative). Cette collaboration s'est poursuivie en s'inscrivant sur le long terme, notamment entre le Laboratoire d'Aérologie (LA, UMR 5560) et Potchefstrom University, devenue North-West University, dans le cadre du réseau IDAF (Atmospheric Chemistry Monitoring Network in Africa) et d'un PICS (Programme International de coopération Scientifique) franco-sud-africain sur la pollution et le changement climatique en Afrique du Sud.

En 1998, le Laboratoire de l'Atmosphère et des Cyclones de l'Université de La Réunion, le Service d'Aéronomie (devenu LATMOS, UMR 8190) et l'University of Natal (devenue University of KwaZulu-Natal - UKZN) ont collaboré à l'implémentation d'un système LiDAR (Light Detection And Ranging) à Durban. Il s'agit d'un radar optique (utilisant une source laser) pour mesurer des profils verticaux de température et d'aérosols dans l'atmosphère. Le système a fonctionné en mode campagne pendant plusieurs années sur le campus Howard College et a donné lieu à une base de données originale, des échanges de chercheurs, des thèses et des stages de Masters en codirection entre l'Université de La Réunion et l'UKZN, dans le cadre d'un PICS et d'un projet Protea. En 2010, l'Université de La Réunion a fait don du LiDAR en faveur de l'UKZN qui l’a transféré sur Westville Campus.

Depuis 20 ans, la collaboration entre partenaires Français et Sud-Africains se poursuit et s'est développée sous forme d'un groupe de recherche international (GDRI) franco-sud-africain dénommé ARSAIO (Atmospheric Research in Southern Africa and Indian Ocean), qui a pour objectifs :

- de favoriser la concertation et les échanges scientifiques de part et d'autre,
- de former des jeunes chercheurs (niveaux Master et Doctorat),
- de développer des actions de recherche d’excellence et d'intérêt commun.

Côté français, le GDRI ARSAIO est coordonné par le LACy (Prof. H. Bencherif), et côté sud-africain, il est coordonné par l'University of KwaZulu-Natal (Prof. V. Sivakumar).

Pendant sa première phase, les activités du GDRI ARSAIO se déclinent selon 4 actions de recherche définies et animées conjointement par les partenaires français et sud-africains :

1. Impact of anthropogenic pollution in Southern Africa on Climate Change and Health.

2. Transport and deposition of mineral dust in western southern Africa.

3. Stratospheric ozone and effects of solar UV-radiations at the surface.

 

 

Du point de vue instrumentation et données, les partenaires français et sud-africains mettent en place des campagnes d'observation et utilisent les bases de données d'observations atmosphériques Françaises et Sud-Africaines existantes.

Le GDRI ARSAIO est dans sa 4ème année de fonctionnement et il est quantitativement et qualitativement productif (notamment en termes de publications, d'échanges et de formation par la recherche) :

- organisation de workshops 
- organisation conjointe d'écoles d'été Franco-Sud-africaines : 3 écoles d'été en 2011, 2012 et 2013

- montage de projets et réponses à des appels à projets (ANR, MAE-Protea, FEDER, etc...)
- échanges sous formes de « chercheur invité » et « missions de recherche » réalisées de part et d'autre

- formation par la recherche et co-encadrement des étudiants (de niveaux Master et PhD) et de post-Doc

- mise en place et réalisation de thèses en codirection
- participation à des jurys de soutenances

- publications et communications dans des revues et conférences internationales. 



Le GDRI ARSAIO a été mis en place pour 4 années (2010-2013) par l'INSU/CNRS et la NRF (National Research Foundation). Après notification et concertation, les subventions GDRI annuelles (15.000€) sont ventilées en début d'année et utilisées par les partenaires. Elles permettent de financer des stages, des mobilités et des campagnes de terrain ciblées sur l'une des actions du projet.